Retour
 
 
 

D'abord cinéaste, Emmanuel CIEPKA a réalisé plusieurs courts métrages, dont « La petite gare », en 1975. Il est l'auteur de deux longs métrages, dont « Eva sur paysage ordinaire », en 1982, sélectionné dans Perspectives du Cinéma Français au Festival de Cannes en 1984 et Prix du Jeune Cinéma aux Journées Cinématographiques d'Orléans la même année.

Il a également réalisé un documentaire sur le travail du peintre Jean Labellie, « L'amour sacré, l'amour profane», en 1983. Pendant cette période, il a eu systématiquement recours à la photographie à chaque étape de la préparation de ses films.

Devenu photographe à part entière depuis 1990, il a exposé en 1991, à la galerie Saint-Séverin à Paris, des photos en couleurs et en noir et blanc de l'Abbaye du Thoronet (Var). En 1997, il a exposé des nus féminins en noir et blanc à La Vallée des Arts à Peyrilhac (Haute-Vienne).

Ses premiers travaux photographiques, en couleurs, ont porté sur les paysages (principalement du Limousin) et l'architecture.

Il s'est ensuite, de 1990 à 2004, exclusivement consacré au noir et blanc, majoritairement au portrait (photos de book pour comédiennes et comédiens), au nu et toujours au paysage.

Depuis 2004, le numérique lui a redonné accès à la photo en couleurs, en lui permettant de traiter et tirer lui-même ses images, comme il l'a toujours fait en noir et blanc.

Désormais, il utilise aussi la couleur pour les portraits, sans aucunement renoncer au noir et blanc argentique.

Mais c'est surtout dans le domaine du paysage que ces possibilités et cette indépendance techniques lui ont ouvert une voie nouvelle. qui l'a conduit à la réalisation de « Lisières limousines ».